www.lessoleilsbleus.com

Fiction

Couverture Une balade à Thulé, voyage au bout du Nord

Une balade à Thulé – Voyage au bout du Nord

Une Balade à Thulé, Voyage au bout du Nord, quatrième roman de Christian Wasselin, est un livre d’impressions autant que de souvenirs, qui fait des allers-retours constants entre le présent et le passé de l’auteur. Il se propose d’évoquer la lumière du Nord et, plus précisément, la lumière changeante qui accompagne le voyageur à mesure qu’il se dirige vers le Nord. L’auteur aimerait montrer que la chaleur, la couleur et le relief, contrairement à ce que répètent les préjugés, font partie de l’imaginaire familier du Nord et se nourrissent de cette lumière. Que le Nord, également, est en soi une dérive qui attire vers des latitudes toujours plus septentrionales.

Le texte évoque le Nord de deux points de vue

Celui, réaliste, du quartier populaire situé près de Lille (pavés, usines, tramways, canaux…) où est né l’auteur et avec lui un goût des voyages qui l’a poussé à se rendre toujours plus au Nord, au-delà du cercle polaire, vers ce légendaire pays de Thulé qui fut, dit la tradition, celui des Hyperboréens.

Celui, imaginaire, du même pays de Thulé qui prit corps par la magie de la « Ballade du Roi de Thulé » de La Damnation de Faust de Berlioz que l’auteur découvrit, enfant, à l’Opéra de Lille.

Une escapade dans l’espace et dans le temps

Ce voyage est une escapade dans l’espace et dans le temps. Sa géographie est sentimentale, subjective, fantaisiste, car Thulé reste un mythe et un rêve. Il conduit le lecteur de Lille (point de départ) au Grand Nord via les monts des Flandres, les côtes flamandes, les cités du Nord (Gand, Amsterdam…) et la Scandinavie, avec un détour par l’Écosse, qu’on peut considérer comme un balcon sur Thulé. Il s’effectue avec la complicité de quelques compagnons de route tels que Pithéas, Marguerite Yourcenar, Jean Malaurie, Sibelius ou encore Paul Delvaux dont les toiles oniriques, riches de briques, de gares fantastiques et de lumières nocturnes, ont marqué à jamais l’imagination de l’auteur.

On se dirige du Nord de la France au Grand Nord de manière buissonnière, avec des retours en arrière et des boucles qui seront autant d’occasions d’évoquer les canaux et les écluses, les briques, les paysages industriels, les places marchandes, les beffrois, les estaminets, etc. De même, les plages flamandes, la Hollande, la mer Baltique, l’Écosse, etc., seront autant d’escales permettant de glisser vers les horizons boréaux.

Une balade à Thulé, en un mot, évoque la manière dont un opéra, un beau jour, a stimulé l’imagination d’un enfant et lui a donné le désir de parcourir dans tous les sens le Nord qui est sa terre natale et reste à jamais son horizon chimérique.

 

Qui est Christian Wasselin ?

Lire les premières pages, ça vous tente ?

Extrait Une balade à Thulé


Le silence de l'arc-en-ciel

Le silence de l’arc-en-ciel

Avec Le silence de l’arc-en-ciel, Michèle-Edmonde Paris parcourt la vie d’Angèle, écrivain public victime d’un accident. Une pluie diluvienne sur une route de campagne. Une seconde de malchance… Un destin qui bascule. Après des mois de rééducation loin des siens, privée de la parole, Angèle retrouve alors sa maison, son mari et ses trois filles.

Le handicap rend tout différent

Minutieusement, Angèle écrit son histoire, ses angoisses, ses petits succès qui lui réapprennent à vivre au quotidien, à redécouvrir son corps, celui des autres… Ses cris sont silencieux mais sa tête bouillonne de ces histoires des autres, ces autres dont elle emmêle les blessures et souffrances pour faire chœur dans la reconstruction de son être.

Le silence de l’arc-en-ciel est une vraie fiction, mais le lecteur a le sentiment de suivre réellement pas à pas le destin d’Angèle, de se retrouver dans le monde familier d’une vie quotidienne à réinventer ; et de se dire finalement que tout cela est vrai, est réellement arrivé. La force de l’écriture se trouve tout à la fois dans la description et dans l’évocation.

Dans tout roman, le lecteur se demande toujours la part de réalité de celle de l’invention. Quelques pages reproduisent le journal de voyage du père de Michèle-Edmonde Paris ; des images très précises ramenées de voyages lointains. Mais là aussi on pourrait se demander : fiction ou réalité ?

 

Qui est Michèle-Edmonde Paris ?

Lire les premières pages, ça vous tente ?

View Fullscreen

Jean d'Or couverture

Jean d’O(r) où l’histoire d’une dédicace

Jean d’O(r) est cette histoire d’une jeune lectrice qui rencontre son écrivain fétiche… Il suffit d’une dédicace dans une librairie de la ville et d’une pile de livres à signer pour que l’aventure s’engage.

Jean d’O(r), un portrait attachant

C’est somme toute un portrait attachant que dresse Isabelle Marsay de cet écrivain qui attire un vrai « femmes club ». Certes, portrait impertinent. Mais portrait inspiré, ancré dans le réel ou dans l’imaginaire, avec, en toile de fond, un ciel d’azur, quelques vagues et la littérature… Car ce « d’O(r) » existe-t-il vraiment ?
L’auteur se cache bien de le dire ! Et cela a-t-il vraiment de l’importance ?

Dans cette nouvelle, Isabelle Marsay met l’intelligence de son écriture au service d’un hommage en clin d’oeil.

Lire les premières pages, ça vous tente ?
extrait-jean-dor

Qui est Isabelle Marsay ?


L’homme sous le réverbère

L’homme sous le réverbère est le dernier roman de Thierry Maricourt et le premier publié aux Soleils Bleus Éditions.

L’homme sous le réverbère est l’histoire ordinaire de notre société devenue individualiste. Il – a-t-il même un nom ? – est là depuis si longtemps qu’on ne le voit plus. Il est là, il n’est plus là, qui s’en soucie ? Il est l’un de ces anonymes qui jouent des coudes autour de nous et que nul ne remarque – que nul ne remarquera jamais. Et pourtant !

C’est la singularité de l’individu anonyme et sans prétention qui est au centre de ce roman.

 

Lire les premiers chapitres, ça vous tente ?
Lhomme sous le réverbère-Premières-pages

youTube


Pour tout savoir sur le roman avant de le lire
Le Pad_Interview de Thierry Maricourt (3:15)

 

Qui est Thierry Maricourt


couverture La Descente de Laps

La descente du Laps

 La Descente du Laps est le premier roman de Philippe Mertz, enseignant dans un collège de l’Oise.

Photojournaliste aguerri en mission à Bagdad, Gaspard éprouve l’irrésistible désir de passer quelques jours au Crotoy. Quelles sont les raisons de ce retour ? Il ne comprendra pas tout de suite ce qui le ramène en baie de Somme. Par-delà les évènements simples et fascinants, quel mystère lui échappe ?

Au fur et à mesure de la lecture des pages de ce roman, on se laisse prendre par la magie de l’écriture. L’auteur décrit une histoire qui semble banale mais qui plonge de plus en plus le lecteur dans la perplexité car quelque chose s’insinue lentement en lui. La fiction supplante alors ce que l’on prenait pour la réalité. Et le dénouement est aussi implacable que tragique…

4E-couv-Laps

Cliquez sur l’image

Et si vous lisiez les premiers chapitres ? 
La-descente_du_Laps_premiers-chapitres

Pages internet
Voir la page de l’auteur
La descente du Laps sur facebook (éditeur)

Qui est Philippe Mertz ?


couverture Memento mori

Memento mori ou l’effroyable don d’Anatase Odilon

Alors qu’il se sait condamner, Anastase Odilon entreprend d’écrire le récit de sa vie et de son effroyable : celui de voir les gens qui vont mourir dans les mois à venir. Un simple fantôme, une baudruche, s’agite avant de disparaître.

Mais le livre, soutenu par l’écritue limpide et soutenue de l’auteur, dresse un panorama de la société française du début du XXe siècle jusqu’à la seconde guerre mondiale. Fils de paysan dans une ferme du centre de la France, destiné à être paysan lui-même, Anastase Odilon découvrira l’horreur de la Grande Guerre et sera blessé, rencontrera l’amour, se fera journaliste au cœur de scandales politiques, et terminera se carrière instituteur dans le village de son enfance. Il côtoiera la foule des fantomes ce ceux qui vont mourir…

À travers ce conte, Hervé de Chalendar explore la part de fantastique cachée dans notre quotidien, et qui montre que la connaissance de l’avenir tient moins du rêve que du cauchemar.  Et le doute s’insinue chez le lecteur pour oser croire à la réalité des visions du personnage.

Hervé de Chalendar est né à Lyon en 1965. Il est journaliste reporter au quotidien L’Alsace, à Mulhouse.

Memento Mori est son premier roman.

Qui est Hervé de Chalendar ?