www.lessoleilsbleus.com

L’Hortillon des mots

Prix:

Jean-Louis Crimon arrive à Amiens en septembre 1960, pour son entrée en sixième, au petit séminaire. C’est au cours d’une longue marche à pied, promenade hebdomadaire obligatoire, qu’il découvre les hortillonnages. Dans une lettre à ses parents datée du 12 janvier 1961, l’élève Crimon note simplement : « Nous revenons de promenade, nous avons été à la Caisse d’Epargne à Saint-Pierre et à Camon, en revenant nous avons vu les hortillonnages, l’eau est gelée… »

Les années passèrent. Devenu bouquiniste quai de la Tournelle à Paris, Jean-Louis Crimon déniche La Barque sur le Rieu, roman des années 1920 de Gaston Chantrieux,  le plus beau roman qui soit sur les hortillons et les hortillonnages lu d’une traite dans un café du quartier Saint-Michel.

La Barque sur le Rieu et la lettre à ses parents sont les deux raisons de cette traversée poétique et littéraire des hortillonnages. L’Hortillon des mots était écrit… : « Une simple question en guise de passeport pour cet univers de marécages : comment cet espace si particulier a pu inspirer les poètes et les romanciers ? Les journalistes ? Comment des écrivains, des romanciers, des poètes, se sont emparés des hortillonnages pour y inscrire une partie de leur œuvre ? »